Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Le Persillé
– Comptoir à Viande

La boucherie

Petit changement de décor pour vous et pour nous qui avons du mal à atterrir de cette expérience gustative aux Galopins de Bastille. Comment ne pas repenser à cette merveilleuse pièce de viande de 1,5 kilos bien grasse et bien généreuse, à ce gratin de pomme de terre… Peut-être avons nous eu affaire à un plat qui méritait la note suprême…

Mais ce n’est pas ce qui va nous intéresser aujourd’hui. Ce n’est pas la finesse et l’élégance que nous allons étudier dans cet article, nous allons revenir aux bases élémentaires de la Fat-Bouffe, à votre instinct de prédateur et à votre appétit de carnivore. Très loin de l’ambiance “tradi” des Galopins, nous parlerons aujourd’hui d’un Restaurant-Boucherie : Le Persillé à Bibliothèque François-Mitterrand.

Nous avions déjà vu auparavant le concept de restaurant / épicerie fine avec le Schwartz’s Deli qui proposait une partie delicatessen mais qui restait tout de même plus un restaurant dans l’apparence. Ici nous avons vraiment affaire à une enseigne qui mêle boucherie et restaurant. Le lieu en lui-même est une boucherie, à ceci près qu’elle est légèrement plus présentable pour servir de restaurant que la boucherie familiale de campagne tenu par Roger et Monique (je précise que je n’ai rien contre les Roger et Monique). Il est donc possible de venir là-bas comme au restaurant en s’asseyant à des tables et de choisir sa viande sur la carte ou de venir faire son shopping de viande en allant jeter un coup d’œil aux étendues de viandes du présentoir et même d’aller regarder dans les réfrigérateurs qui contiennent également des viandes prédécoupées. Nous sommes évidemment venus pour consommer sur place et relever le challenge de la côte de bœuf à partager.

Le comptoir à viande

A vrai dire, nous nous étions donnés comme objectif de partager une côte de bœuf de 1,1 kg, mais en regardant la carte, nous nous trouvons dans l’embarras du choix : tout donne envie, tout semble incroyablement Fat. Pour tout vous dire, nous avons entendu parler de cette enseigne pour les burgers qu’elle proposait, des burgers qui se démarquent grâce à la qualité de la viande. On le sait tous, une très bonne viande ça peut rendre n’importe quel burger incroyablement bon. On trouve sur ce menu tout ce que l’on aime dans les restaurants à viande: de la viande grillée au Barbecue, des charcuteries, des plateaux composés de plusieurs assortiments, de la viande charolaise, de la viande maturée… rien à faire nous restons sur le choix de la quantité, nous commandons une Côte de Bœuf de 1,1 kg à partager. En faisant ce choix, nous engageons 34 € dans 550g de viande chacun. Nous avons donc de très grandes attentes sur ce plat.

Nous décidons également de prendre des Gallia, des bières IPA brassées à Paris. Ce n’est vraiment pas que pour consommer local… elle est vraiment chouette cette bière.

La côte de bœuf de 1,1Kg

Prix pour deux: 68€

Fatness Frites

Les frites maisons

La Côte de Bœuf arrive, servie avec des frites maisons. Je précise “maison” car nous n’avons pas toujours affaire à des frites fraîches, coupées de manière irrégulières qui se rabougrissent à la cuisson au teint légèrement bruni par les deux cuissons espacées de 10 minutes de repos. C’est un point bonus incontestable d’entrée.

Fatness Decoupe

L’enjeu du partage équitable

Après avoir validé la qualité des frites, nous attaquons la viande et commençons l’étape presque religieuse du découpage équitable de la viande en deux parts égales. Il ne s’agirait pas de désavantager un seul des deux mangeurs que nous sommes, nous devons avoir exactement la même part au gramme près avec une parfaite homogénéité dans les bouts choisis. Une fois que nous arrivons à trouver un partage juste et équitable, nous dévorons amoureusement ces 550g de viande.

Fatness Entrecote

La qualité « boucherie »

Ce qui va se passer ensuite ne relève pas de la finesse et de la délicatesse. Si vous vous attendiez à une séance de dégustation entre gourmets avec la serviette nouée autour du coup et le vin dans un verre à pied, vous vous êtes trompés de salle. Nous sommes plus proche d’un carnage digne d’un documentaire animalier censuré au public. Avec un appétit féroce, nous anéantissons ces 550g de viande et bien que cela paraisse étonnant, nous arrivons à savourer chaque morceau car c’est vrai, elle est bien “persillé” cette viande de bœuf. Tendre, facile à mâcher, tout simplement délicieuse car suffisamment grasse, la qualité du boucher est au rendez-vous.

Nous arrivons au bout de notre plat en franchissant gentiment le seuil de rupture, à un niveau peu avancé mais nettement suffisant pour que l’on puisse certifier haut la main ce plat par l’adjectif-nom-verbe-complément-d’objet-direct “Fat”.

Fatness Plus

Une quantité non négligeable

Fatness Plus

La qualité « boucherie »

Fatness Plus

Les frites maisons

Fatness Moins

Nous en aurions bien repris un peu!

Fatness Plus

Une quantité non négligeable

Fatness Plus

La qualité "boucherie

Fatness Plus

Les frites maisons

Fatness Plus

Nous en aurions bien repris un peu!

Pour son goût et sa qualité, pour la quantité servie et pour l’ensemble des accompagnements (sauces et boissons proposés), nous certifions la qualité de Fat de ce plat. Si vous désirez manger une vraie bonne Côte de Bœuf de qualité boucherie, vous n’hésiterez pas à aller y faire un tour, pour manger ou pour emporter. Pour le reste, il est vrai que cette qualité a un prix et nous avons dû allonger les deniers pour s’offrir ces 550g chacun, ce qui fait la différence avec d’autres enseignes plus généreuses en terme de quantité. Pour autant, ce restaurant, pour son standing et son offre semble parfaitement répondre à nos critères, aussi nous pouvons introduire cette enseigne au rang des “valeur sûr” de la Fat-Bouffe.

4/5

Localisation