Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Le Canteen Bus
– Les Gobelins

Le Canteen Bus est un restaurant se situant rue des Gobelins. Le restaurant n’a pourtant rien d’une cantine, il propose d’ailleurs une jolie décoration d’intérieur dans le thème “cinéma” avec plusieurs portraits de célébrité. Nous essayons de toutes les deviner une par une (j’aurais confondu Marlon Brando et Christophe Lambert).

Une fois tous assis et après avoir essayé la bière proposée par l’enseigne, la Triple Cauwe (merveilleuse), nous regardons la carte. L’enseigne propose des plats habituels de brasseries et de restauration française, pièces de viandes, salades maisons, plats de pâtes, etc…

Les burgers

Nous en avons entendu parlé de cette enseigne parce qu’elle propose un challenge connu chez les amateurs de Fat-Bouffe : le PARANORMAL Triple Hamburger Géant Fait Maison, 800g de viande.

LE PARANORMAL TRIPLE HAMBURGER

Prix: 24€

Fatness Steak Geant

I – Il faut le faire

État d’esprit à ce moment là : “Ça va, j’ai bien mangé les 1kg de viande du Black Dog, donc 800g c’est laaaaaaaaargement faisable. Largement”.

Largement…

 

II – Il faut vraiment le faire ?

État d’esprit à ce moment là : “Ça va 800g c’est à peu près deux burgers et demi, ou presque… 3 burgers de menu enfant. Ça passe”.

Nous remarquons qu’il existe une ligne juste au dessus avec mentionné : le PARANORMAL Double Hamburger Géant Fait Maison. 600g de viande.

 

III –  Il est peut être temps d’être raisonnable

État d’esprit à ce moment là : “Entre 600g et 800g il n’y-a pas une grosse différence… c’est le même burger… personne ne nous jugeras”.

Le serveur nous demande ce que nous voulons et sans hésitation nous commandons des Paranormal TRIPLE Hamburger.

Précepte de base du Grand Gourmand :

Un Grand Gourmand doit se montrer courageux et hardi et ne jamais reculer quoi qu’il arrive, peu importe le défi, il n’a rien à perdre. Si le plat est deux fois plus gros que son estomac, il a pris grand soin de ne pas manger de la journée dans le seul et  unique but d’optimiser sa faim. Lorsqu’il s’apprêtera à caler et à rencontrer le seuil de rupture il continuera à manger contre vents et marées.

Pas de Double Burger ce soir, un Triple Burger à 800g de viande comme prévu, nous répondons au challenge.

Alors que nous attendons nos burgers, nous finissons les bières et demandons au serveur si il n’a pas des cacahuètes pour faire patienter. “Grosse erreur” nous répond-t-il. En effet les cacahuètes sont consistantes, caloriques et provoquent un effet de satiété ce qui est peu intéressant dans notre situation.

Gardez en mémoire ceci : si vous n’avez pas mangé de la journée pour vous préparer à ce repas, ce n’est pas pour craquer sur des cacahuètes qui vont vous faire atteindre le seuil de rupture prématurément. Ici, c’est au mental que l’on reconnaîtra les vrais amateurs de Fat-Bouffe et les Jean-Goinfre (en vrai, nous avons craqué sur quelques cacahuètes).

Fatness Plat
Fatness Ingredients
Fatness Ingredients
Fatness Ingredients
Fatness Frites

IV – La bête

Nos Burgers sont arrivés, et ils sont ÉNORMES. Nous voilà à un niveau au-dessus de ce que nous avons pu faire jusqu’à présent. Le burger est monté comme une pyramide de trois burgers, deux à la base et un sur le dessus. Ils sont gentiment garnis d’oignons frits, cheddar, salade, tomates, jambon grillé, œuf et olives.

Nous nous empressons de les manger.

Nous sommes satisfaits par la qualité mais nous savons qu’il ne s’agit pas de quelque chose d’incroyable, et cela semble parfaitement logique vu le plat en question. Il aurait été surprenant de trouver une steak raffiné dans un burger de 800g de viande. Le plat est servi avec des frites et de la salade. La salade n’est pas là pour vous donner bonne conscience, elle a un rôle digestif très important (le même que lorsque vous mangez des nems).

Cependant, il y’a tellement à manger dans le burger que nous laissons tomber les frites et nous nous consacrons à notre pièce montée.

A la fin du premier burger, notre ventre nous envoie quelques signaux d’alerte peu rassurant.

 

V –  Pourquoi j’ai fait ça ?

Une partie de notre esprit prend plaisir à manger le burger, l’autre regrette intensément de ne pas avoir été raisonnable en prenant le Paranormal Double.

Dans ce genre de situation, le doute s’empare de vous. C’est exactement la même sensation au bout de 5 minutes de course à pied sur tapis à la salle de sport, vous vous demandez si vous allez vraiment tenir 30 minutes. Tout comme le froid, la douleur et le sommeil, c’est dans la tête que ça se passe, tout est une histoire de mental.

A la moitié, le seuil de rupture est atteint et nous entrons donc dans une phase sportive qu’il faut aborder intelligemment :

  • Ne pas boire trop, l’eau rempli l’estomac.
  • Ne pas manger trop de frites, voir pas du tout. La pomme de terre ça bourre l’estomac.
  • En cas de grosse difficulté : éviter de manger tout le pain, il prend également beaucoup de place dans l’estomac, mangez l’essentiel.

Cependant il faut rappeler que manger un Hamburger sans le pain, ça ne compte pas. Le pain fait parti du hamburger, il doit être mangé avec.

Il est possible de “tolérer” quelques morceaux de pains restant à la fin du plat selon un Errata datant du 25 Juillet 2010. Autrement il est précisé qu’il faut que chaque bouchée comprenne une certaine dose de pain, de steak haché, de cheddar et d’une des garnitures présente dans le burger pour que cela soit homologué.

Voilà une bonne différence avec la noix d’entrecôte de 1 kg du Black Dog, la viande seule ne pose pas problèmes, c’est toute la garniture qui l’accompagne qui remplit l’estomac.

A force de réflexion et de concentration nous finissons le deuxième burger et nous décidons de terminer le troisième burger coûte que coûte. Alors que nous nous demandons si nous parviendrons à le finir, une force surréaliste s’empare de nous et nous dévorons le reste en quelques minutes.

Il est extrêmement difficile d’expliquer comment cela à pu être possible, mais nous avons fini non seulement le burger, mais aussi une partie de la salade et la moitié de nos frites. Seuls quelques bouts de pains du burger gisent dans l’assiette. Le reste est anéanti.

Nos plats finis, nous nous reposons et l’estomac lourd comme une pierre, nous voyons un sourire se dessiner lentement sur notre visage.

On l’a fait!

Fatness Plus

La taille est impressionnante

Fatness Plus

La qualité est plus que correcte

Fatness Plus

Le contrat est remplit

Fatness Moins

N’y allez pas sans être préparé

L’expérience que nous avons vécu avec ce burger fait parti des plus épiques dans le domaine de la Fat-Bouffe, même si, indéniablement, un burger de 800g c’est énorme et le choix le plus raisonnable aurait été de prendre le 600g.
Pour son prix de 24,50€, le burger est extrêmement copieux et propose une qualité d’ingrédient nettement acceptable. Il s’agit donc d’un mets authentiquement Fat.
Cependant soyez prudent et ne sous-estimez pas ce plat. Renoncez si vous ne mangez pas pour trois et que vous êtes rassasiés avec une simple salade grecque. Ce plat est un réel défi de Fat-Bouffe, une véritable épreuve olympique même pour un Grand Gourmand comme vous.

4.0/5

Localisation